homeopathie homeo fleurs de bachs

L’homéoprophylaxie : une protection immunitaire par l’ homéopathie

De quoi avons-nous besoin pour que notre corps soit en bonne santé, pour qu’il soit assez résilient et résister à tous les assauts quotidiens que nous subissons de bactéries et de virus ?

Le corps n’a besoin de rien… il est programmé pour être en bonne santé. Nous ne sommes pas censés être malade… et pourtant nous sommes tous de plus en plus malades. Le nombre de maladies dégénératives bat chaque année le record de l’année précédente ! Quel enseignement peut-on tirer de ce fait ? Peut-on guérir ? Faut-il prévenir mais avec quel type de prévention ?

 

Vous savez que la nutrition et l’hygiène générale sont au cœur de notre santé et aucune pilule ne sera jamais aussi puissante que notre alimentation, notre gestion de stress ou un jeûne thérapeutique. Toutefois, aujourd’hui nous voulons parler d’une voie qui n’est pas nouvelle mais qui est une voie qui a montré, et qui continue à montrer aujourd’hui, son efficacité indéniable. Il s’agit de l’ homéprophylaxie que nous pratiquons dans notre laboratoire depuis plus de 14 ans.

 

Qu’est-ce que l’homéprophylaxie?

 

L’homéprophylaxie et la vaccination ont le même objectif: la prévention des maladies contagieuses infectieuses. L’homéprophylaxie, ou «HP», utilise un matériel pathogène ultra-dilué et homéo-compatible, sans adjuvant, appelé un nosode. L’HP donne à l’organisme ce que l’on peut appeler un message énergétique: une nano-dose ultra-diluée qui fournit au corps des informations éduquant le système immunitaire, afin de lui apprendre à appréhender efficacement le pathogène et l’éliminer du corps en toute sécurité.

Le but de HP est d’essayer de prévenir les symptômes pénibles de diverses maladies, même si cela ne permet pas d’éviter la maladie. La maladie ne sera jamais éradiquée, mais nous pouvons renforcer et éduquer notre système immunitaire pour que celui-ci y réponde de manière appropriée.

 

Comme nous le disons depuis très longtemps, notre système immunitaire a une force de frappe incroyable : un ennemi clairement identifié est systématiquement détruit. Le problème n’est parfois pas lié à la puissance de feu de notre système immunitaire mais il est plutôt dû à une Vigilance Immunitaire en défaut, un système d’alerte qui ne sait pas très bien faire la différence entre le bon et le mauvais, le saprophyte et le pathogène, le soi et le non-soi (qui est la définition des maladies dites auto-immunes). Après plus de 14 années d’essais avec l’Immuno4, il est clair que la restauration de la Vigilance Immunitaire par l’homéprophylaxie est une méthode efficace, sans effets secondaires, spectaculaire et facile à mettre en place. Voyons plus en détails les études montrant, en situation réelle, les effets de pathogènes dilués face à une épidémie.

 

Homéopathie et épidémies:

 

L’homéopathie a une longue histoire d’efficacité tant dans le traitement que dans la prévention des maladies contagieuses infectieuses. Par exemple, lors de l’épidémie de grippe espagnole de 1918, les homéopathes de Philadelphie avaient un taux de mortalité inférieur à 1% chez leurs patients, contre 30% pour les médecins allopathes [1]. Le Dr Sandra Perko montre l’efficacité des pathogènes dilués sur le virus de la grippe : dans sa publication : «  Le traitement homéopathique de la grippe » [2]. L’utilisation de remèdes homéopathiques pour la prévention existe depuis plus de 200 ans, depuis les premiers jours de l’homéopathie. Le fondateur de l’homéopathie, le Dr Samuel Hahnemann, et ses contemporains ont d’abord utilisé l’HP avec le remède Belladonna lors d’une épidémie de scarlatine en 1798 [3]. Les homéopathes ont également utilisé l’HP lors d’autres épidémies antérieures de choléra, de diphtérie, de poliomyélite et de variole [4], [5].

 

Plusieurs grands essais de santé publique ont été effectués plus récemment, utilisant l’HP pour la méningite (Brésil), l’encéphalite japonaise (Inde) et la leptospirose (Cuba) [6]. L’HP a été adoptée avec beaucoup de succès dans les systèmes de santé publique de ces pays. Par exemple, le Ministère cubain de la Santé publique a intégré l’homéopathie dans son système médical en raison du succès des remèdes homéopathiques dans une épidémie de névralgie virale en 1992 [7]. L’HP a également été utilisé avec succès pour prévenir diverses maladies, notamment la tuberculose, l’hépatite A et la grippe H1N1 [8]. En 2007 et 2008, l’Institut Finlay de La Havane, un centre de recherche et de production de vaccins, a mené 2 essais de grande envergure et très réussis sur l’HP contre la leptospirose [9]. Plus de 2 millions de personnes ont été traitées. Dans les zones où l’HP a été utilisé, une «diminution significative» [10] a été notée, alors que les zones non traitées ont montré une «augmentation significative» dans les cas de la maladie [11].

 

Certaines études de 2005 comme celle du Dr Isaac Golden montrent également les résultats significatifs de l’HP comparé aux moyens traditionnels sur une santé à long-terme (plus de 15 ans d’études) en utilisant des marqueurs comme  l’asthme, les allergies, les otites, les problèmes comportementaux et l’eczéma. A la surprise du Dr Golden, c’est l’HP qui remporte haut-la-main la palme de la meilleure prévention. [12].

 

C’est le terrain qui gagne …

 

L’allopathie traite les maladies et combat ce qui lui apparaît comme étant la cause des symptômes dans la logique pasteurienne : les germes, bactéries et autres virus.  Aujourd’hui l’épidémie de maladies dégénératives montre bien qu’il faut choisir une autre voie complémentaire qui a montré son efficacité, il faut traiter les patients et leur terrain, non pas leur « maladie » dans la logique de Pasteur.

Une nouvelle perspective, un changement de paradigme, serait de se dire :

  • Et si, un pathogène dilué homéopathiquement faisait réagir notre système immunitaire ?
  • Et si, ce système immunitaire, une fois informé par ce pathogène dilué, avait une réponse appropriée et efficace afin de contrer ce pathogène de façon générale?
  • Et si une fois cette immunité naturelle renforcée, le corps peut développer une Vigilance immunitaire accrue comme le démontre la majorité des études long-terme ?
  • Eh bien, l’homéprophylaxie devrait être regardée comme une solution sans effets secondaires, permettant un vrai renforcement du système immunitaire pour un corps résilient !

 

homeopathie homeo fleurs de bachs

Conclusion :

L’homéprophylaxie, c’est à dire l’utilisation de pathogènes ultra-dilués, n’est qu’un outil, qui ne pourra jamais remplacer l’hygiène de vie via la nutrition, la gestion du stress, la pratique sportive ou le sommeil mais il a montré une efficacité significative. L’HP permet de donner au système immunitaire une bonne éducation pérenne, naturelle et dynamique. Grâce à une meilleure Vigilance Immunitaire donnant une claire identification des pathogènes, nous allons avoir une réponse plus appropriée de notre système immunitaire, plus favorable à la santé.

immunité grippe rhumeL’Immuno 4 est un complément alimentaire basé sur l’Anas Barbariae, une dilution homéo-compatible de pathogènes présents dans le Canard de Barbarie. Ce n’est pas un médicament. Il est utilisé en homéprophylaxie depuis près de 14 ans avec un succès sans cesse grandissant.

De Patrick Martini

 

Attention :

  1. Martini n’est pas un docteur en Médecine, l’homéprophylaxie n’est pas une solution approuvée par l’Organisme Mondiale de la Santé ni par l’Ordre des Médecins en France. Le but de cet article est de fournir une information, il n’est pas censé recommander ou critiquer la vaccination. La vaccination est un choix individuel qui demande de la réflexion de la part de chaque individu. Cet article ne remplace pas non plus les services d’un docteur en Médecine qui est le seul autorisé par la loi à donner ce type de conseils.

 

 

Notes:

[1] Cilla Whatcott , HD, RHom, CCH, There Is A Choice: Homeoprophylaxis, An Appeal To Mothers. (2014.), 68.

[2] Sandra J. Perko, Ph.D., C.C.N., The Homeopathic Treatment of Influenza, Surviving Influenza Epidemics and Pandemics, Past, Present and Future With Homeopathy, Special Bird Flu Edition, (San Antonio: Benchmark Homeopathic Publications, 2005), pages 103-111.

[3] R.E. Dudgeon, “Cure and Prevention of Scarlet-Fever,” The Lesser Writings of  Samuel Hahnemann, (New Delhi: B. Jain Publishers Pvt. Ltd., 2001), 369-385.

[4] Fran Sheffield, “Homeoprophylaxis: Human Records, Studies and Trials,” October 27, 2014, http://www.homeopathycenter.org/homeoprophylaxis-human-records-studies-and-trials

[5] National Center for Homeopathy, “Treatment of Epidemics With Homeopathy-A History” http://www.nationalcenterforhomeopathy.org/treatment-epidemics-homeopathy-history

[6] Sheffield, Op Cit.

[7] Kate Birch, RSHom(NA), CCH, ”Homeoprophylaxis for Infectious, Contagious Disease,” The American Homeopath, North American Society of Homeopaths, Vol. 15, (2009), 69-75.

[8] Ibid.

[9] Gustavo Bracho, E. Varela, R. Fernandez, et al., “Large-scale application of highly-diluted bacteria for Leptospirosis epidemic control.” Homeopathy, (2010); 99: 156-166.

[10] Ibid.

[11] Isaac Golden, Gustavo Bracho, “The Adaptability of Homeoprophylaxis in Endemic, Epidemic and Stable Background Conditions,” Homeopathic LINKS, Issue 04, (NOIDA, India Thieme Medical and Scientific Publishers Private Ltd, 2009).
[12] Homeoprophylaxis – A Proven Alternative To Vaccination By Isaac Golden, ND, PhD, DHom

 

 

Donnez votre avis